Hypocondrie - Se soutenir.

Parcequ'on a besoin d'en parler et de se rassurer, parcequ'il faut s'en sortir !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Hypo...Quésako?? (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
britany
Administrounette
Administrounette
avatar

Féminin Nombre de messages : 2393
Age : 39
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Hypo...Quésako?? (2)   Ven 15 Aoû 2008 - 1:20

Hypocondrie : l'obsession de la maladie...


On s'est tous, à un moment ou l'autre de notre
vie, inquiété pour un mal de tête persistant, une douleur musculaire ou un
trouble de digestion. Mais qu'en est-il lorsque la crainte d'être atteint d'une
maladie grave devient une préoccupation obsessive? C'est ce qu'on appelle
l'hypocondrie.

L'hypocondrie au quotidien

À la moindre toux ou au moindre étourdissement, les hypocondriaques peuvent
accourir chez le médecin. Même si celui-ci ne trouve rien, ils demeurent
convaincus d'être atteints d'une maladie grave. La vie d'un hypocondriaque n'a
rien d'une partie de plaisir.

Les hypocondriaques accumulent les ordonnances, les examens cliniques,
radiographies et scanners. Certains visitent le médecin ou la salle d'urgence
plusieurs fois par semaine.

Beaucoup d'hypocondriaques vont passer d'un spécialiste à un autre. Le fait
qu'un spécialiste ne trouve rien d'anormal ne les rassure pas; ils croient
plutôt que le laboratoire a fait une erreur ou que la maladie n'est pas encore
assez avancée pour avoir été décelée.

Les personnes hypocondriaques adoptent de fausses croyances qui les renforcent
dans leur trouble. Le moindre changement dans leur corps est perçu comme le
signe d'une maladie sérieuse parce que chaque symptôme doit avoir une cause
physique identifiable.

Les hypocondriaques sont persuadés que, s'ils ne consultent pas aussitôt qu'ils
remarquent un symptôme inhabituel, il sera trop tard ensuite.

Obsédés par la maladie, les hypocondriaques sont très sensibles aux «maladies de
l'actualité», c'est-à-dire à celles dont on entend beaucoup parler dans les
médias, que ce soit le cancer du sein, la grippe aviaire ou le sida. En fait, la
seule maladie dont ils ne soupçonnent pas être atteints est bel et bien…
l'hypocondrie.

«Le cas le plus sévère que j'ai vu, c'était une dame qui était persuadée d'avoir
le cancer. En plus, elle travaillait dans le milieu médical, où il y a
énormément de sources de stimulation pour un hypocondriaque. Le conjoint de
cette dame devait l'examiner constamment pour voir si elle n'avait pas de bosses
suspectes», raconte Frédéric Langlois, psychologue et professeur à l'Université
du Québec à Trois-Rivières.

Qu'est-ce que l'hypocondrie?

L'hypocondrie est un trouble de nature anxieuse, classé parmi les troubles
somatoformes (présence de symptômes physiques qui ne peuvent s'expliquer
complètement par une affection médicale générale ou par un autre trouble
mental), selon le DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles
mentaux de l'American Psychiatric Association. Elle est caractérisée par une
préoccupation centrée sur la crainte ou l'idée d'être atteint d'une maladie
grave. La personne qui en souffre interprète le moindre symptôme physique comme
le signe d'une maladie grave. L'hypocondrie se caractérise aussi par une
incapacité pour la personne qui en souffre d'être rassurée. Même un bilan
médical approprié et rassurant n'arrive pas à calmer les inquiétudes de la
personne. Pour qu'une personne soit diagnostiquée comme étant hypocondriaque,
ses angoisses doivent être la source d'une souffrance cliniquement significative
et entraîner des répercussions sur son travail, ses relations sociales ou
autres. Pour être diagnostiqué, le trouble doit persister depuis au moins six
mois.

L'hypocondrie toucherait environ 5 % de la population. Hommes et femmes en
souffrent dans une même proportion. Toutefois, il semble que les femmes
s'inquiètent un peu plus du cancer tandis que les hommes craignent davantage
d'être atteints de troubles cardiaques. L'hypocondrie apparaît généralement de
façon graduelle. Des recherches sont actuellement en cours afin de déterminer
s'il ne serait pas possible d'en déceler les premiers signes dès l'adolescence.

Causes

Les causes de l'hypocondrie sont mal connues. Certains chercheurs ont démontré
qu'elle pourrait être «apprise», notamment auprès de parents qui réagissent avec
excès à la maladie, par exemple, un parent qui panique dès que son enfant a un
petit bobo ou qui parle sans arrêt de maladie. On s'aperçoit que la maladie a
pris une grande place dans l'enfance de plusieurs hypocondriaques adultes.
Certains ont été malades quand ils étaient jeunes tandis que d'autres ont vécu
la maladie d'un proche. Ils ont ainsi grandi avec l'idée que le corps humain est
fragile. Les personnes hypocondriaques pourraient aussi avoir une prédisposition
génétique à l'anxiété.

Le cercle vicieux de
l'hypocondrie

Plusieurs facteurs contribuent à maintenir l'inquiétude des hypocondriaques. Le
cercle vicieux classique: les hypocondriaques centrent toute leur attention sur
leur corps, ce qui les amène à ressentir les sensations physiques de façon plus
intense qu'elles ne le seraient normalement. Puisqu'ils interprètent ces
symptômes comme le signe d'une maladie grave, leur anxiété s'accroît et provoque
de nouveaux symptômes.

Les visites médicales à outrance ont aussi un effet pervers. Les consultations
excessives de la personne augmentent les chances qu'on lui propose des
prescriptions de médicaments visant à soulager ses symptômes, mais qui
entraînent aussi des effets secondaires. De nouveaux symptômes apparaissent
alors, qui sont évidemment source d'inquiétude, et ainsi de suite.

Les hypocondriaques peuvent avec le temps épuiser leur entourage et les
professionnels de la santé avec leurs perpétuelles inquiétudes, puisqu'il est
souvent très difficile de les rassurer. Ils finissent par ne plus se sentir
écoutés. Pour certains, cela devient un combat afin de prouver qu'ils ont une
maladie. Puisque, pour eux, tout tourne autour de la maladie, bien des
hypocondriaques n'arrivent plus à se concentrer au travail et voient leur réseau
social s'effriter. Dans certains cas, l'hypocondrie va mener à la dépression.

Le traitement de
l'hypocondrie

La thérapie cognitivo-comportementale peut aider les personnes hypocondriaques,
car elle vise principalement à remettre en question les fausses croyances et à
tester certaines d'entre elles dans la réalité.

Le psychologue aidera aussi le patient à diminuer le nombre de comportements de
rassurance qui, au bout du compte, n'apportent qu'un soulagement temporaire de
l'anxiété. Des exemples: diminuer les consultations médicales excessives, les
recherches sur Internet ou dans des revues médicales, etc.


La personne hypocondriaque est aussi amenée à visualiser ce qu'est la maladie et
à écrire quelles sont ses peurs. Il s'agit ici d'habituer tranquillement la
personne au contenu de ses peurs, afin de les atténuer.

Finalement, la thérapie permet à l'hypocondriaque de développer des techniques
afin de détacher graduellement ses pensées de la maladie et ainsi écourter la
durée de ses pensées obsessionnelles sur la maladie.

Ces traitements ont démontré leur efficacité. La difficulté dans le traitement
de l'hypocondrie est que de nombreux patients abandonnent la thérapie en cours
de route quand on leur dit que leur problème est psychologique et non physique.

Source : http://www.servicevie.com/02sante/Dossier/Hypocondrie/Hypocondrie_l_obsession_de_la_maladie.html







Revenir en haut Aller en bas
http://hyponcondrie.top-forum.net
 
Hypo...Quésako?? (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hypo...Quésako?? (2)
» Review: EVE Hypo
» Galerie jeu de lété de @sako actualisée le 06/08
» H.D.R késako ?
» Le moiré d'un RAW késako ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypocondrie - Se soutenir. :: Hypocondrie - Définition... :: Hypo...Quésako???-
Sauter vers: